Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 10:03

Ce blog, comme le savent ses lecteurs, concerne tout ce qui touche à ce que j'ai appelé d'une formule un peu alambiquée "L'expérience-source d'évolution existentielle".

Une importante activité de production de cours m'empêche de l'alimenter personnellement en ce moment, ce qui ne signifie pas - bien au contraire - que je cesse de m'intéresser à ces thématiques, à alimenter ma recherche, en bref à suivre ma ligne.

Cependant, compte tenu de ces centres d'intérêt, j'ai jugé tout à fait opportun de publier l'article de mon ami Nicolas Floury, jeune philosophe et psychologue qui s'était déjà signalé par un livre remarquablement clair sur l’œuvre de J.H. Miller, le disciple de Lacan (http://fraterphilo.over-blog.com/article-texte-6-miller-lacan-le-reel-insense-66231379.html), puis par une non moins remarquable interprétation du film de Christopher Nolan, Inception (http://fraterphilo.over-blog.com/article-texte-5-ceci-n-est-pas-de-la-science-fiction-72634672.html). Accessoirement, il m'avait aussi fait l'amitié de rédiger la 4ème de couverture de mon livre sur Les groupes d'entraide.

Ce court article, qui ressemble à une grande 4ème de couverture, concerne le livre d'un jeune philosophe, Didier Laroque, Essai sur la grandeur, et je le publie dans la mesure où sa teneur fait écho en moi, à mes propres préoccupations.

"Le dernier ouvrage de Didier Laroque, Essai sur la grandeur(Paris, Manucius, 2014), est un livre troublant ; écrit à la première personne, il s’adresse à ce que nous sommes de plus singulier tout en touchant à l’universel. On ressort en effet de cette lecture avec des affects mêlés : joie, exaltation, enthousiasme mais aussi une pointe de mélancolie. Et c’est probablement la profonde authenticité qui se déploie page après page qui provoque cela.
C’est qu’il y a indéniablement un côté salvateur dans cette épopée d'une conscience qui quitte la sphère étriquée de la personne – masques, semblants, bavardages – pour le versant sublime de la grandeur – infini et fini. Et c'est l'angoisse – l'insomnie – et donc la douleur, mais aussi un certain plaisir, qui permettent cet exil réussi.
C'est aussi, parfois, un livre dur – il y a de temps à autre comme des échos, dans un style propre à l’auteur, des Chants de Maldoror. « Ce que je ne sais pas d’une connaissance allant de l’esprit au coeur et qui oblige, je l’ignore. » Universitaires médiocres, psychanalystes herméneutes cherchant vainement du sens dans les rêves, faux écrivains du moment : nul n'est épargné. Et il semble que ce soit la pensée elle-même qui, lorsqu'elle est véritable, se révèle ainsi nécessairement cruelle : preuve que le texte de Didier Laroque est un prodigieux condensé de pensée.
On a aussi, bien souvent, l’étrange sensation qu'un secret est crypté dans l'ouvrage – un peu à la façon de Mallarmé : un chiffre serait à trouver pour servir de clé. L’auteur ne peut nous donner le chemin à suivre car chacun doit l’éprouver pour lui-même et dans sa chair. Et puis « la vérité doit être confidentielle ».
Les tout derniers chapitres sont très ardus car ils synthétisent toute la pensée de l’auteur. « L’accès à une vie infinie, d’une présence égale, entière, m’était réservé en l’épreuve du dénuement ; ce que j’éprouvais absent et nécessaire à mon bien-être se trouvait dans la pénurie même, par l’effet de l’attente actualisant le manque. Je connus le néant comme mon lieu. » Il faut trouver un équilibre entre fini et infini, là est la grandeur.
Ce livre est aussi, il nous semble, une analyse existentielle originale et réussie d’une conscience. C’est une traversée, une dépersonnalisation, qui nous est en effet contée. Celle-ci est certes éprouvante – on ne sort pas indemne d'une telle lecture – mais elle met néanmoins en branle, éveille, tente sans cesse de faire vibrer le vif en nous.
Une fois hissé à la dignité de la Grandeur encore faut-il y être fidèle. C’est alors d’une éthique dont il s’agit et qui reste à penser.
Nul doute que Didier Laroque signe là un
grand livre de philosophie."
Nicolas Floury

Essai sur la grandeur

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Fraterblog

  • : Le blog de fraterphilo.over-blog.com
  • Le blog de fraterphilo.over-blog.com
  • : Dans Fraterphilo, les idées de soin par l'entraide, d'art thérapie, de réflexion philosophique, de création littéraire, de yoga et de pélerinage constituent un lien et une trame pour ce qui se construit progressivement : ce que j'appelle une philosophie de "l'expérience-source d'évolution existentielle".
  • Contact

Recherche

Pages

Liens