Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 22:48
Une figure perverse

La période estivale n'est généralement pas propice aux sorties de bons films dans les salles hexagonales. Sans être un chef d'oeuvre absolu, Irréprochable de Sébastien Marnier fait partie des bons films de l'été. Le synopsis, qui rappelle un peu Le couperet de Costa-Gavras en 2005, indique déjà ce dont il va être question :

.

"Sans emploi depuis un an, Constance revient dans sa ville natale quand elle apprend qu’un poste se libère dans l’agence immobilière où elle a démarré sa carrière, mais son ancien patron lui préfère une autre candidate plus jeune. Constance est alors prête à tout pour récupérer la place qu’elle estime être la sienne."

.

Mais alors que le film de de Costa-Gavras ressemblait à un thriller - l'élimination progressive des rivaux concernant un poste de cadre supérieur -, Irréprochable s'attache plus à la psychologie du personnage principal. Interprété par Marina Foïs qui habite de façon magistrale le rôle de Constance, le film met en évidence un certain nombre de mécanismes pervers auxquels tout un chacun peut se trouver confronté, tant dans sa vie privée qu'en situation professionnelle.

Je n'en dirai pas trop au risque de priver le spectateur de son plaisir, mais il sourd de tout le film et de l'interprétation de Marina Foïs une violence feutrée, rentrée, sous-jacente qui tient le spectateur en haleine. Mais ce sont surtout les mécanismes psychologiques de la perversion qui apparaissent ici en pleine lumière : la façon dont le personnage adopte des masques successifs - le pervers est vide, il s'approprie en quelque sorte la vie professionnelle, familiale et sentimentale des autres, ce qui n'est pas sans entraîner des phénomènes de projection très bien décrits ici ; chez Constance, tout est bon pour parvenir à ses fins : harcèlement, alternances de brutalité et de sentimentalité. On le sait, le pervers est caractérisé par une absence totale d'empathie et sa façon de choséifier l'autre, de le manipuler pour son propre intérêt. Où il apparaît aussi que le fait d'être démasqué provoque souvent chez lui une véritable explosion de violence.

.

Le film de Marnier, outre le spectacle qu'il nous offre et qui vaut par sa tension dramatique, comporte à mon sens une dimension quasi pédagogique en ce qu'il permet à chacun de nous de repérer certains mécanismes de violence. Si ces derniers ne sont pas aussi spectaculaires que les événements actuels qui nous touchent tous (évoqués dans des articles précédents), ils n'en sont pas moins susceptibles parfois de détruire des vies eux aussi.

Une figure perverse

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Fraterblog

  • : Le blog de fraterphilo.over-blog.com
  • Le blog de fraterphilo.over-blog.com
  • : Dans Fraterphilo, les idées de soin par l'entraide, d'art thérapie, de réflexion philosophique, de création littéraire, de yoga et de pélerinage constituent un lien et une trame pour ce qui se construit progressivement : ce que j'appelle une philosophie de "l'expérience-source d'évolution existentielle".
  • Contact

Recherche

Pages

Liens